Cette journée de l’Antiquité a été séparée en deux parties. La matinée était consacrée aux
explications des différents gladiateurs/légionnaires romains avec les spécifications des
armes/armures. L’après-midi était plus consacrée aux activités : les J.O, les combats de
gladiateurs.
Il y a donc principaux types de gladiateur avec différents équipements :

  • Le Provocator qui combat contre un gladiateur pareillement armé. Il possède un
    grand bouclier qui protège presque tout sauf la tête mais qui elle est protégée par un
    casque. Son bouclier est utilisé comme une arme offensive et aussi défensive.
  • L’Hoplomachus possède un petit bouclier rond, un casque et deux jambières comme
    protections. Cependant il possède une lance et un poignard comme armes offensives.
  • Le Secutor possède lui un plus petit bouclier que le provocator et a un poignard
    comme arme. Il est reconnaissable grâce à son casque possédant une crète au-dessus.
    Les combats de gladiateurs n’ont pas pour but de tuer son adversaire mais de le faire
    abandonner. Si par mégarde le gladiateur vient à mourir, sa famille reçoit de l’argent en
    dédommagement. Le métier de gladiateur est très bien payé.
    Les légionnaires romains eux n’ont pas autant d’armes différentes. Ils possèdent un bouclier
    avec une demi-sphère en son centre. Elle a deux utilités : dévier les coups des adversaires et
    aussi protéger la main qui maintient le bouclier. En termes d’armes ils utilisent beaucoup les
    lances.

L’après-midi était donc consacrée aux activités physiques.
Apprendre à se défendre comme un gladiateur n’est pas si facile : chaque type « d’attaque »
possède un nom et il en existe beaucoup.
Après cela, nous avons fait certaines épreuves des Jeux Olympiques pratiquées à Olympie.
Certaines sont toujours aux J.O de nos jours mais avec quelques modifications : à l’époque le
saut en longueur était constitué de cinq sauts que l’on devait enchainer. Petite difficulté : dans
chaque main on portait des poids. Il y avait aussi des épreuves de course (courses à pied,
courses de chars, courses en armes).
Une autre discipline, le pancrace, était pratiquée. Elle n’a pas de règles c’est pour cela qu’elle
apparait tardivement dans les Jeux Olympiques. Mais la discipline la plus violente reste le
pugilat où tous les coups étaient permis (arracher les membres de ses adversaires par
exemple).
D’autres épreuves étaient disputées : la boxe, le pentathlon, la lutte qui n’ont pas changé par
rapport à aujourd’hui.